06.19.88.28.80
schilickpourtous@gmail.com

La gazette des communes – Extensions du stationnement payant : une équation financière gagnante

Publié le 27/01/2022 • Par Frédéric Ville

De plus en plus de villes étendent leur stationnement payant. Si les recettes sont au rendez-vous, ces extensions ne sont pas sans coûts d’investissements ou de fonctionnement induits. Tour d’horizon. […]

Ailleurs, c’est plus conséquent encore. Nantes (318 808 hab., Loire-Atlantique) fera presque doubler le nombre de places, de 14 300 à 25 000, de septembre 2022 à début 2023, tandis qu’à Schiltigheim (33 780 hab., Bas-Rhin), « le stationnement payant sera étendu prochainement à 50 % de la ville, là où il n’y a pas de commerces », selon Christian Ball, chef de file de l’opposition. Lille devrait confirmer une extension payante, ayant délibéré pour un marché d’horodateurs à 7 M€. « C’est classique d’un début de mandat (ndlr : retardé avec la crise sanitaire), analyse Olivier Asselin, animateur du groupe de travail stationnement à l’Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF). Si on ne fait rien, de mauvais résultats potentiels sont à craindre en matière de mobilité ».[…]

Ces extensions nécessitent d’abord d’investir. Schiltigheim prévoit ainsi 25 000 euros pour l’installation d’une dizaine d’horodateurs supplémentaires en 2022. La commune de Villeurbanne a déboursé 101 800 euros pour 21 horodateurs supplémentaires. A Lyon, selon Norbert Keller-Mayaud, directeur de la mobilité urbaine, « la ville optimise ses coûts en réduisant le nombre d’horodateurs de 60 à 20 par place ». Leur repositionnement aura coûté 50 000 euros pour 2 600 places, sans compter environ 150 000 euros de marquage au sol par la Métropole, soit 77 €/place, la solution informatique déjà existante n’ayant rien coûté en plus.

Les investissements sont toutefois à la hauteur de leur retour.  « En plus des recettes actuelles de 110 000 euros par an pour 52 000 euros de Forfait post-stationnement (FPS) (1), Schiltigheim aura 100 000 euros de recettes supplémentaires, hors FPS. Mais le contrat de contrôle et de gestion des FPS par Parkeon coûtera 74 500 euros de plus », détaille Christian Ball. En 2021, Villeurbanne a de son côté engrangé, selon Sylvie Slachetka, responsable Mission organisation et performance à la ville, « 1,47 M€ de stationnement payant, soit +13 % par rapport à 2020 (2) pour 1 à 2 M€ de FPS. On prévoit 2,1 M€ de recettes en 2025 (hors FPS) ».[…]

Pour sa part, Christian Ball assume le fait que « l’extension de Schiltigheim a eu lieu pour deux raisons : éviter les voitures ventouse et faire face à une trésorerie qui a fondu de 11 M€ en 2018 à 5,3 M€ fin 2021, ce qui a par ailleurs entraîné +4,5 points de taxe foncière ».

Photo libre de droit différente de celle de l’article original.

Lien vers l’article en ligne ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.