Nous adresser un e-mail

info@schilickpourtous.com

Nous écrire

6, rue de la Glacière 67300 Schiltigheim

Nous contacter en direct

0685424697

Une fois l’élection municipale passée, l’occasion est donnée à Christian BALL  d’inscrire son action dans la durée et la défense de Schiltigheim ! En répondant sans détour à quelques questions, il revient sur les derniers mois, qui viennent de s’écouler.  

Vous êtes celui qui a rendu la parole aux Schilikois en dénonçant des dérives de l’ancien maire. L’élection municipale ne vous a pas permis de reformer la ville comme vous le souhaitiez, des regrets ?

Christian Ball : Lorsque nous avons eu cette initiative courageux de dire Non aux dérives de l’ancien maire, c’était pour rendre la parole aux Schilikois. Ils se sont exprimés démocratiquement et je n’ai, sur cce point, aucun regret. J’accepte le choix des urnes.

Si je peux aujourd’hui nourrir des regrets c’est que nous avons permis au vainqueur de la municipale, quel qu’il soit, de modifier certaines décisions, de revenir sur une densification démentielle,  de proposer une autre politique de stationnement ou d’apporter une véritable sécurité 7 jours sur 7.  Or, le vainqueur ne joue pas le jeu. En deux mois, nous avons compris, que les promesses de Danielle Dambach durant la campagne étaient mises au placard du fait d’accords d’entre deux tours voulus ou contraints. Avec Dambach, c’est le changement dans la continuité !

Les négociations sur le Dinghof sont dans une impasse et elles risquent de coûter très cher aux Schilikois (1,8 million d’euros, au bas mot). Les logements à côté de la médiathèque se feront, hélas ! Pourtant, nous avons proposé, à cet emplacement, d’agrandir le parc de la Résistance mais aussi de rajouter des places de stationnement, nécessaires pour ce secteur de la Ville.

Les horodateurs sont toujours là. C’est une fois de plus, les Schilikois qui payeront le manque d’ambition municipale. Sans parler de la sécurité, carrément mise aux oubliettes par la nouvelle municipalité.

 

Les Schilikois vous découvrent loin des caricatures. Votre vision de la politique, justement parlez-nous-en ?

Christian Ball : Je suis un  passionné.

Passionné de la politique depuis mon plus jeune âge. Je partage avec André SCHNEIDER , non seulement un engagement gaulliste des plus constants et fidèles, mais aussi une volonté de « faire avec et pour les autres ». J’aime travailler avec différentes sensibilités sur les projets communs pour un objectif concret : améliorer le quotidien de nos concitoyens.

Passionné par ma ville. On dit souvent de moi que je suis un «  Schiliko-schilikois ». J’en suis fier !

Tout mon engagement, toute ma détermination sont pour Schiltigheim et les schilikois.

Qu’ils soient de la Colonie, du mont des Alouettes, du Centre  ou du Marais,  ce sont des schilikois. Ils doivent bénéficier de la même écoute, la même attention.

Vous parlez de caricatures, elles  ne me touchent  pas. Les Schilikois me connaissent. Je suis sur le terrain toute l’année. J’ai toujours défendu mes convictions  de droite sociale. Ce n’est pas à 48 ans que je vais commencer une carrière d’extrémiste.

 

Schilick pour Tous continue son travail dans les différents secteurs de la ville. Quel est-il ?

Christian Ball : Notre association travaille depuis 2008 avec la même détermination. Notre priorité c’est le quotidien des Schilikois. Durant toute l’année, nos responsables de quartier sont nos relais. Ils ont un rôle capital, autant dans l’écoute, dans les interventions et les présences sur le terrain ; mais aussi dans la conception de notre projet et de la formulation de nos propositions.

 

Quel regard portez-vous sur la gestion actuelle de la ville ?

Christian Ball : Nous allons nous laisser un peu de temps pour juger. Nous ferons un premier point au bout de 6 mois, mais comme je vous le disais, les premières décisions prises m’inquiètent.

L’absence d’adjoint à la tranquillité de la ville,  l’accord avec Vilogia pour poursuivre la densification du site  Adelshoffen, le manque d’ambition en matière de stationnement, et les négociations «  Bisounours » avec le promoteur du Dinghof sont autant de sujets de préoccupation.

Nous serons vigilants quant aux promesses faites aux Schilikois durant la campagne par Madame DAMBACH. On n’a pas le droit de leur raconter n’importe quoi !  Ses engagements, ses promesses ont permis sa victoire. Les Schilikois sont dans l’ attente. Nous saurons le lui rappeler.